Comme promis, votre site AWA Webzine revient sur le dossier de la timidité pour vous apporter quelques recettes clés qui pourront vous aider à vaincre ce mal social.

Commencez par vous décider ne pas endurer indéfiniment ce véritable « handicap social » que constitue la timidité. Après la détermination, le respect de ces quelques règles vous permettra d’y arriver. En effet, vaincre la timidité est en réalité beaucoup plus facile est qu’il n’y paraît. Les moyens pour y parvenir n’exigent pas des efforts surhumains, loin de là .

Le psychiatre Dr Lelord a identifié 3 grandes catégories de timidité que sont :

  • l’anxiété de performance, c’est-à -dire le trac ;
  • l’anxiété de contact, liée aux rencontres avec des gens ;
  • l’anxiété qui naît dans les situations où il faut s’affirmer.

Quelle que soit votre catégorie ou combinaison de catégories de timidité, vous pouvez en guérir en appliquant constamment un certain nombre de conseils simples mais fort efficaces.

1 Bien écouter les autres et apprendre à s’oublier un peu

Vous le savez sans doute, les gens timides ont une grande tendance à être trop conscients d’eux-mêmes et ne prêtent pas suffisamment attention à ce que les autres leur racontent. Cette mauvaise habitude à s’observer en permanence quand ils interagissent avec les autres les amène donc à se critiquer sans arrêt.
Et il suffit d’une petite erreur pour provoquer un effet boule de neige qui déclenchera toute une série de gaffes ; et Bonjour les dégats !

Comment y remédier ? apprendre à mieux écouter les autres. Et mieux encore, intéressez-vous vraiment à votre interlocuteur !

2. Trouvez vous des modèles d’audace et l’aisance sociale

Procédez de la sorte pour venir à bout de votre timidité. Voici comment :
- 1. Observez les gens dont l’audace et l’aisance sociale vous impressionnent. Notez leurs moindres faits et gestes.
- 2 En même temps, essayez de comprendre la nature des processus mentaux ou émotionnels qui semblent animer l’audace qui vous fait envie.
- 3 Puis, ENTREZ EN FUSION avec cette personne. Voyez cette personne comme étant à l’intérieur de vous.
- 4 Enfin, imaginez que cette personne est vous-même dans un avenir plus ou moins rapproché.

A partir de là , il ne reste plus qu’à élaborer une méthode qui met l’accent sur les gestes gagnants. Attention !

3. Détendez-vous par la respiration profonde

Derrière ce phénomène physique qu’est la timidité, il y a un phénomène très physiologique : une hyperstimulation du système nerveux sympathique. Celle-ci dérègle le fonctionnement mental et votre clarté d’esprit s’en ressent aussitôt.

En apprenant à contrôler ce mécanisme strictement physique vous pouvez éviter de tomber dans cet état de confusion mentale, mâtinée de honte irraisonnée. Et l’outil de base par excellence pour y parvenir est la pratique régulière de la respiration profonde.

Comment ça marche ?
- 1 Asseyez-vous dans un fauteuil confortable.
- 2 Prenez conscience du mouvement de votre respiration. Sentez-la aller et venir sans essayer de la contrôler. Ne pensez à rien.
- 3 Quand cette étape sera bien maîtrisée, concentrez-vous plus précisément sur les mouvements respiratoires au niveau du bas-ventre.

4. Remettez en cause l’éducation reçue

En explorant les origines de la timidité, il est clair que l’environnement familiale joue un rôle important. Ce cas est plus déliquat car, il va s’agir de remettre un peu la relation qui vous unit à vos parents qu’ils soient décédés ou non. Une grande lucidité par rapport à votre éducation est indispensable pour voir clair dans votre problème.

Pour ce faire, méditez sur les questions suivantes :
- Vos parents sont-ils (ou étaient-ils) de grands timides ?
- Vous imposaient-ils une discipline très sévère où les « bonnes manières » primaient sur l’expression naturelle des sentiments ?
- Vous élevaient-ils à la dure : en vous dépréciant ou en se moquant de vous ?

Assis tranquillement dans un fauteuil confortable, réfléchissez sincèrement quelques minutes à toutes ces questions.
Ensuite, fermez les yeux et procédez comme suit :
- 1 Détendez-vous d’abord par la respiration profonde, tel qu’expliqué plus haut (conseil N° 3).
- 2 Puis, fouillez dans vos lointains souvenirs et tentez de voir où votre timidité a commencé à se manifester pour de bon.
- 3 Prenez le temps de visualiser l’évolution de votre timidité à mesure que vous grandissez et remontez jusqu’à aujourd’hui.
- 4 Ensuite, plongez à nouveau dans votre passé lointain et tentez de revivre un souvenir où la timidité est absente. Il n’en manque pas.
- 5 à partir de là, recommencez le même chemin que précédemment et revivez les situations pénibles ou humiliantes que votre timidité vous a fait vivre. Mais, cette fois-ci, vivez-les différemment avec l’énergie de l’audace que vous étiez allée chercher à une époque où vous étiez moins conditionné par votre milieu familial.

Permettez-vous d’être effronté ou impoli s’il le faut. L’important est de ne plus réagir avec timidité.

5. Visualisez votre changement

Vous avez vu plus haut (conseil N° 3) comment vous détendre par la respiration profonde. Faites-le encore ici.
Après vous être détendu physiquement, consacrez un certain temps à vous imaginer tel que vous voudriez être dans des situations difficiles pour vous :

  • réunion sociale,
  • première rencontre avec vos beaux parents,
  • entretien d’embauhe,
  • interview par un journaliste, discours, etc.

Visualisez-vous donc à l’aise avec les gens, totalement libéré de votre timidité que l’on dit maladive. Par exemple, imaginez vous :

  • serrant la main avec assurance à quelqu’un que l’on vous présente à l’improviste ;
  • parlant devant quelques personnes ;
  • ne rougissant pas pour tout et pour rien, etc.

Même si le fait d’évoquer de pareilles situations génèrent de l’angoisse, vous devez comprendre que vous devez d’abord avoir l’audace de vous imaginer capable de le faire.

Persistez donc dans cet exercice très simple qui consiste à vous imaginer libéré de votre timidité.

6. Utilisez les plantes médicinales

L’usage des plantes est une bonne technique d’appoint, à condition
de bien mettre l’accent sur les techniques actives. Les plantes
que nous vous recommandons ici ont essentiellement pour but
d’apaiser votre système nerveux.
- La Valériane (Valeriana officinalis) est très réputée pour faciliter
le sommeil. On la surnomme d’ailleurs le valium végétal. Prise
durant la journée, elle calmera vos appréhensions.
- Posologie en teinture-mère : 5 à 30 gouttes par jour, au besoin.
- La cataire (Nepata cataria L.) est notamment conseillée pour
les enfants hyperactifs, incapables de se concentrer à l’école. Elle
vous aidera quand vous ressentirez de l’agitation mentale et peut
agir aussi comme somnifère.
- Posologie en teinture-mère : 5 à 30 gouttes par jour, au besoin.

7. Allez-y étape par étape et ne dramatisez pas votre problème

Vous êtes vraiment décidé à vaincre votre problème ? Mais attention : à trop vouloir bien faire, vous risquez de retarder ou bloquer votre développement personnel !
Ressentir de la culpabilité, vous en vouloir d’avoir dit ceci ou cela ne peuvent que maintenir en place les mécanismes qui provoquent tous les microréflexes liés à la timidité. Paradoxalement, c’est en acceptant votre timidité que vous allez pouvoir vous en débarrasser.

Même si une certaine timidité subsiste, après avoir fait de gros
efforts pour l’éliminer, ce n’est pas très grave. L’important est de
ne pas vous laisser dominer et handicaper par elle.

  • Lire aussi :

- La timidité : description, origine, remèdes
- La timidité : ça se soigne