Je m’appelle Maty, j’ai 29 ans et l’homme que j’aime est drépanocytaire ! Ceci peut sembler anodin mais pour moi c’est un véritable couperet.

Depuis presque quatre longues années, nous filons le parfait amour. Avec Seydina, nous formons LE couple heureux qui s’aime, qui se dispute, qui se fait la tête, qui se fait des caprices et des câlins. Nous nous sommes rencontrés lors de nos stages,nous venions tous les deux de débuter des carrières prometteuses. Nous nous sommes tout de suite plu car l’alchimie a tout de suite pris. Du jour au lendemain, on s’est retrouvé à parler de nos quotidiens, de nos familles, de nos projets, de nos ambitions.

En semaine, on passait des heures au téléphone à s’inonder de sms, à parler de ma collègue dépigmentée et qui avait une odeur bizarre et de sa patronne super exigeante qui lui en faisait voir de toutes couleurs.
Seydina et moi partagions tout ! Lorsque l’un de nous trébuche, l’autre le soutenait ; lorsque l’un avançait, l’autre était juste à côté pour l’aider et l’accompagner.
Pour beaucoup, nous formons un couple parfait alors que nous faisons juste l’effort de ne jamais extérioriser nos divergences et de ne jamais garder secret nos bonheurs.
Mais (comme dans chaque bonne chose il y a toujours un mais), mon homme est malade : il est drépanocytaire. Il ne m’a pas caché sa maladie bien au contraire, nous en avons parlé dès le départ et cela ne m’a jamais posé un quelconque problème.

Cela fait maintenant 04 mois que nous avons décidé de nous marier. Hé oui, sceller une union et notre relation devant Dieu et devant les hommes. Pour la première fois et sur les conseils de ma mère, je me suis informée sur sa maladie. Et je découvre beaucoup de choses que je ne savais pas. Ce fut très douloureux d’aborder le sujet avec Seydina ; finalement j’en parle et pour la première fois il perçut une profonde inquiétude dans mon regard. OUI ! J’ai peur ! Peur, parce que je ne sais pas. Face à toute ces questions, nous décidons d’aller voir son médecin ensemble, main dans la main, épaule contre épaule et pour cette fois-ci j’ai l’impression que c’est moi qui suis malade…
A suivre…