Nous sommes ravis de vous accueillir sur www.awawebzine.com, dans notre rubrique Les Femmes d’Awa ; une rubrique dédiée essentiellement aux femmes leaders qui font la fierté de tout un continent.

En tant que femme africaine et moderne, avez-vous un plaidoyer pour gente féminine et le monde ne général ? Si oui, lequel ?

Je ne pense pas que la femme africaine et moderne ait besoin de plaidoyer. Avec peu d’actions, nous arrivons à faire énormément de bruit. Que l’on fasse juste ce que nous avons à faire. Une femme reste une femme, qu’elle soit moderne ou ancienne et cela peu importe sa condition. Le devoir d’une femme ne peut pas changer, qu’on se contente juste de jouer notre rôle dans la société. Avec de l’éducation, nous participons mieux au développement du pays. Nous sommes déjà catalogués mais nous ne devons pas nous mettre des barrières. Ces clichés sur la femme instruite et moderne doivent être éliminés. Je suis de celles qui ne cautionnent pas la parité, par exemple. Car faire revenir cette question dans nos plaidoyers c’est comme accepter que l’on était faible ; ce qui est loin d’être le cas

Si vous devriez faire une projection sur les 10 prochaines années, où en seriez-vous ?
J’espère en 10 ans pouvoir impacter positivement sur la vie de 10.000 jeunes en Afrique. Je voudrais aussi être parmi les femmes les plus influentes du continent afin de montrer à mes petites sœurs que c’est bien possible. Lorsque je parle de femme influente, je veux décrire par là une femme qui a réussi sa vie familiale et sa carrière professionnelle. On ait que combiner les deux n’est pas du tout facile. Je me vois aussi avoir une riche bibliographie et atteindre 25 publications parues.
Entrons dans votre jardin secret, Mame Cafa est-elle mariée ?
Je suis célibataire. (Fou rire)

Vous pratiquez un sport ?
Je cours beaucoup, j’adore faire mon jogging au bord de la plage. Au lycée, je pratiquais le basket et l’athlétisme.

Quel le plat qui vous fait saliver et que pourriez manger chaque jour ?
En vrai saint-louisienne, j’adore le "Thiébou Dieune Diaga" avec du bon poisson. J’en raffole.

Qu’est ce vous écoutez comme musique ?
Youssou Ndour est pour moi une source d’inspiration extraordinaire. C’est mon chanteur préféré car en plus de sa musique aux harmonies uniques, ses chansons sont très riches. On y retrouve beaucoup de citations, de proverbes et de leçons de vie qui servent tout long d’une vie.

Le dernier mot ?
Je laisserais un vibrant message à mes petites sœurs qui rêvent d’une carrière exceptionnelle : Ne commenter pas l’erreur de reléguer votre vie privée et familiale au second plan. Il ne faut surtout pas faire partie de celles qui disent c’est la carrière avant la vie familiale mais être dans le lot qui dit c’est la carrière ET la vie conjugale, car c’est possible de mener les deux à bien. Tout est question d’organisation et de consensus. En tant qu’épouse et mère, il faudra faire des compromis afin de pouvoir donner à ses enfants une bonne éducation. Il est impératif d’avoir à ses côtés un homme compréhensif, ouvert d’esprit. La vie est un tout indivisible. Ne pas se retrouver super diplômé et célibataire doit être le challenge de toute femme africaine et moderne.