L’esclavage de femmes noires en Arabie Saoudite n’est plus un secret de polichinelle. Il est bien connu que des trafiquants de femmes, convoient vers cette destination de nombreuses jeunes femmes en majorité ouest-africaines. A ces dernières, on vend le rêve d’une immigration légale et réussie vers les pays arabes. Mais quand elles débarquent, à leur grande surprise, elles sont vendues comme esclaves exploitées, battues, abusées, traitées comme des moins que rien, pire comme des objets sexuels.

Un mal qui ronge en silence
Il a y a deux ans, ce phénomène avait défrayé la chronique au Sénégal : des femmes candidates à l’immigration en Arabie Saoudite avaient été vendues comme esclaves par des individus malhonnêtes et tordus.
La DIC qui s’était saisie de l’affaire avait réussi à démanteler quelques réseaux de ces marchands de femmes puis, il y a eu un temps d’accalmie.
Mais récemment on dirait, que ce phénomène a repris tout doucement de l’ampleur.

Pas plus tard que la semaine passée, une radio dakaroise de la place récoltait le témoignage d’une jeune wolof…

Esclave malgré elle en Arabie Saoudite
Le trafiquant Monsieur X aurait fait signer à Mademoiselle Y un contrat (en ARABE s’il vous plaît, auquel elle ne comprend strictement rien) qui lui garantirait un travail bien payé une fois sur place.
Au lieu de cela, elle s’est retrouvée, esclave d’une jeune dame, par surcroît LESBIENNE qui non seulement ne la payait pas (sous prétexte qu’elle l’avait achetée contre une forte somme auprès de X), voulait en plus faire d’elle sa partenaire sexuelle.
Elle raconte comment elle a du ruser (ce qui n’a pas été de tout repos) pour s’échapper et revenir au Sénégal.

Des cas pareils, y en a certainement plusieurs, mais anonymes. Pauvres de nos sœurs qui se font avoir aussi facilement comme ça.
Oh naïveté, quand tu nous tiens !