D’où vient cette expression de "Prince charmant" ?

L’expression en elle-même est assez récente. Elle a été popularisée avec les dessins animés de Walt Disney. Si vous lisez attentivement les contes classiques de Perrault ou d’Anderson, il n’est jamais question d’un Prince dit charmant. Par contre, il est vrai que cette image correspond à une réalité ancestrale. Depuis toujours, les femmes rêvent de rencontrer leur moitié parfaite. C’est un rêve d’unité primitive.

Quelle est pour vous la définition du "Prince charmant" ?

C’est un héros valeureux, un homme protecteur qui saura vous protéger. Quand le prince vient réveiller la princesse, c’est un peu l’image de l’homme qui nous fait femme. C’est en fait l’image du père que l’on recherche souvent dans sa quête du prince charmant.

Selon vous, comment doit-être le mari idéal ? Répondre...
Dans la réalité, quel est vraiment notre homme idéal ?

Le "bon" Prince charmant, c’est, pour chaque femme, celui dont elle tombe vraiment amoureuse et qui, de son côté, tombe amoureux d’elle. Ni les contes de fées qui en font un vaillant fils de roi, ni leurs versions modernes des soaps ou des reality shows qui le préfèrent en golden boy n’y peuvent rien. Peu importe s’il n’est qu’instituteur, plombier ou maçon, s’il est grand, petit ou rondouillard ; s’il demeure grenouille ou crapaud ou même monstre gentil comme Shrek. L’idéalisation qui est à l’oeuvre au début de toute rencontre un peu investie métamorphose l’homme le plus banal aux yeux des autres en un personnage parfait. C’est ce qui fait le charme justement des débuts amoureux, cette impression de plénitude, de perfection, de comblement. L’une a trouvé son Prince, l’autre sa Princesse. Car pour que l’illusion fonctionne, il faut évidemment qu’elle soit réciproque. Et parfois, par un simple baiser, le crapaud peut devenir Prince.

Que recherche-t-on dans cette quête de l’homme idéal ?

Il s’agit là d’une sorte de retour à la béatitude fusionnelle de la petite enfance : on trouve tout en l’autre qui trouve tout en vous. Le bénéfice narcissique est mutuel. L’état amoureux fait que l’on donne de soi l’image qui correspond le mieux aux attentes de l’autre et permet au besoin d’éliminer soigneusement de la représentation de l’objet aimé tout ce qui pourrait déplaire. Ce qui ne va pas, on ne le voit pas. Chacun renvoie à l’autre une image idéale de soi.
"Rechercher sans cesse le Prince Charmant c’est sans doute se condamner à ne jamais le trouver"

Cette phase d’idéalisation est-elle nécessaire ?

Oui, pour que le sentiment amoureux se développe, cette idéalisation est nécessaire. Mais elle ne doit pas être excessive. La femme qui recherche tout le temps l’homme idéal et inatteignable, en bref une personne qui n’existe pas, se contraint à ne jamais rencontrer personne. Pour construire une relation, il faut aimer la personne et non chercher à la rendre parfaite.

Cette idéalisation est-elle permanente ?

Non, bien entendu. Cet état ne dure qu’un temps. Et si le Prince et la Princesse veulent vraiment vivre ensemble "se marier et avoir beaucoup d’enfants", il leur faudra accepter de sortir de l’illusion amoureuse du début, accepter de voir et de laisser voir ses imperfections comme celles de l’autre pour que la relation puisse s’inscrire dans le réel et dans la durée. Avec un peu de chance et quelques compromis le prince Charmant se métamorphosera en compagnon aimant, solide, en homme sur qui l’on peut compter.

Que se passe-t-il quand une femme cherche inlassablement le Prince charmant ?

Cette quête sans fin de l’idéal masque le plus souvent une grande angoisse. Pour certains, la fusion avec un être parfait est d’autant plus recherchée qu’elle est redoutée. A peine la connaît-on qu’on la fuit par peur de s’y perdre. Ou qu’ayant été jadis un enfant désigné lui-même comme décevant, on s’en juge désormais indigne. Dans d’autres cas, c’est la réalité qui fait barrage : aucune relation ne dure puisque l’idéalisation du début ne peut se maintenir, que le Prince ou la Princesse réels refusent de se laisser réduire à l’image magnifiée qu’on s’est fait d’eux et qu’ils s’avèrent donc, dans la réalité, décevants. Dans ce sens, on pourrait dire que rechercher sans cesse le Prince Charmant c’est sans doute se condamner à ne jamais le trouver.

Pourquoi certaines personnes sont dans la quête perpétuelle de la femme idéale ?

Lorsqu’on idéalise quelqu’un, c’est aussi pour en retirer un bénéfice narcissique. Si cela devient trop important, c’est que l’on a une faille narcissique qui peut être liée à l’image que nous en renvoyée nos parents durant l’enfance. Dans ces cas l� , je conseille d’envisager une consultation avec un thérapeute.

Le mythe du prince charmant est-il toujours aussi persistant ?

Non. Aujourd’hui les femmes ont moins besoin d’être narcissisées par leur relation amoureuse. Grâce notamment à leur vie professionnelle.

Est-ce que finalement un homme ne doit-il pas avoir des qualités essentielles pour espérer être le Prince charmant de ces dames ?

Je vous dirais que non. Car, encore une fois, trouver son prince charmant c’est trouver une personne qui, dans la névrose, "s’emboitera" avec vous . Cela peut-être un homme timide, ayant besoin d’être materné ou au contraire très s�"r de lui et sécurisant.

Selon vous, comment doit-être le mari idéal ? Répondre...